Planter des arbres pour compenser l’utilisation de papier pendant la campagne

Osons 2020 a planté des arbres fruitiers dimanche 8 mars à 14h, aux vergers des Couronneries pour compenser utilisation de papier durant sa campagne.

Comme vous le savez, une campagne électorale peut-être coûteuse pour l’environnement, notamment pour les arbres qui servent à la fabrication du papier.
Bien qu’Osons 2020 ait choisi de faire une campagne la plus sobre possible écologiquement et financièrement, nous n’avons pas pu faire l’économie de toutes les impressions nécessaires : tracts, programmes et affiches.Toutes nos impressions ont été réalisées dans des entreprises locales et indépendantes (Poitiers et Biard) et sur papier PEFC (certification relative à la gestion durable des forêts à l’échelle française).

Nous faisons éditer la plus grande partie de nos supports en noir et blanc, exceptés notre programme en 4 pages, notre liste et une de nos affiches grand format. Pour ces documents, nous avons choisi un imprimeur local basé à Biard, certifié Imprim’Vert (pas de produits toxiques, réductions des consommations d’eau et d’énergie…) et nos documents utilisent des encres végétales.

Même si nous avons utilisé du papier PEFC, signifiant que les arbres utilisés sont remplacés, nous avons décidé de compenser symboliquement la consommation de papier nécessaires pour réaliser nos documents, par une plantation de l’équivalent en arbres.

Nous avons fait des calculs, nous avons dépensé 700 kilos de papiers. Nous vous invitons d’ailleurs à demander aux autres listes de publier leurs chiffres.

Pour compenser, il nous faut planter environ 14 arbres. Nous planterons donc 14 arbres fruitiers dans Poitiers. Nous en avons planté quelques uns (trois) aux vergers des Couronneries et planterons les autres dans d’autres lieux et proposerons aux associations de jardins partagés de Poitiers de leur offrir les autres.

Cela nous semble évident d’être en cohérence avec notre programme pour Poitiers et Grand Poitiers : planter des arbres, débétoniser et végétaliser la ville est pour nous une urgence absolue.

Nous avons conçu tous nos documents pour limiter les aplats de couleurs et le nombre de pages, avec peu de photos et des photos de petite taille.

Nous utilisons le format A4, qui permet de ne pas avoir à faire de découpes en imprimerie, et donc, de pertes. Et n’avons pas utilisé de format exotique (format carré, dépliant) qui induisent énormément de découpes et donc de gaspillage.

Nous avons utilisé le grammage (masse du papier) le plus faible correspondant à une qualité acceptable. Quant à la part de fibres recyclées, la filière est actuellement très complexe, les entreprises implantées en France sur le recyclage de papier sont très peu nombreuses et une majeure partie de cette filière est utilisée dans le secteur de l’emballage. Nous le déplorons évidemment.

Enfin, nous vous invitons à comparer nos outils de communication et les éléments indiqués ci-dessus avec ceux des autres listes : généralement, il y a beaucoup d’aplats de couleurs, de photos, un nombre de pages élevé, une épaisseur de feuille importante (grammage) et des formats de taille de papier (carrés, dépliants de plusieurs pages…), induisant des chutes de découpes en production importantes impliquant un impact environnemental plus fort.